Menu navigation rapide :

  1. Aller au contenu
  2. Aller au menu rubriques principales
  3. Aller à la recherche
  4. Aller au menu aide
  5. Aller aux encarts
  6. Aller aux raccourcis clavier

Menu aide :

  1. Sanofi dans le monde |
     
  2. Sites Groupe |
     
  3. Contactez-nous |
  4. Plan du site |
  5. Liens |
  6. Pharmacovigilance |
  7. Aide
  1. Taille de la police

    Réduire la taille de la police Augmenter la taille de la police  
 
 

Système Nerveux Central

Contactez-nous

Sanofi Afrique de l'Ouest

Point E
Rue de Ziguinchor X Rue de Diourbel
PE - 43
BP 3529 Dakar
Tél : + 221 33 865 02 02

Contenu :

Système nerveux central

Les maladies neurologiques sont pour la plupart des maladies chroniques et invalidantes et atteignent un nombre considérable de personnes dans le monde.

 

L'épilepsie

L’épilepsie est la maladie neurologique la plus fréquente après la migraine : 

  • plus de 40 millions de personnes touchées dans le monde ; 
  • 80% vivent dans les pays en voie de développement, 80% ni détectés ni traités de manière adéquate.
  • La prévalence est élevée : 4 à 40‰ et l’incidence aussi : 40 à 120/ 100000.

Plus de la moitié des épilepsies débutent pendant l’enfance: près de 4 000 enfants de moins de 10 ans sont diagnostiqués chaque année en France. De plus, l’incidence de l’épilepsie augmente chez les personnes âgées. 

En Afrique l’épilepsie entraine des conséquences importantes: sociales (stigmatisation), économiques (exclusion), morbides (démence, encéphalopathie).
La moyenne de la prévalence est de 15‰ en Afrique avec beaucoup de différence en fonction des pays:

  • Sénégal : 8,3 – 17,1‰ 
  • Côte d’Ivoire : 7,6 – 74‰ 
  • Cameroun : 58‰ 
  • Mali : 11,3 – 15,6‰ 
  • Burkina : 10 ‰.  

Sanofi dispose dans ce domaine d’un traitement de référence, commercialisé dans 126 pays depuis 38 ans et adapté à tous les patients, de l’enfant à la personne âgée.

En partenariat avec les différentes ligues nationales Africaines de lutte contre l’épilepsie Sanofi s’engage à faire sortir l’épilepsie de l’ombre.

Au Sénégal le partenariat avec la LISCE (Ligue Sénégalaise Contre l’Epilepsie) et le service de Neurologie est un exemple, il a  permis de former beaucoup de médecins généralistes et d’infirmiers pour décentraliser la prise en charge de l’épilepsie. Il a permis aussi de mettre en place des branches régionales de la LISCE et d’organiser des séances de sensibilisations et de consultations gratuites. Toutes ces actions ont permis aux malades de sortir des maisons et venir se faire soigner.

L'insomnie

Les troubles du sommeil touchent une part toujours plus importante de la population. 

On évalue à au moins 40 millions le nombre d'Américains souffrant de troubles du sommeil chroniques. Des taux similaires d'environ 30% de la population souffrant de troubles du sommeil sont rapportés en Europe et en Australie. Deux études portant sur de larges échantillons de la population française trouvent un taux de prévalence de 22%. Un Français sur 6 se plaint de son sommeil (près de 9 millions). On retiendra que la prévalence de l'insomnie sévère en population générale est, selon les pays, de 10 à 20%. 

L'insomnie survient le plus souvent à l'âge adulte, après 40 ans, préférentiellement chez la femme. En effet, on assiste, avec l'âge, à une aggravation et à une chronicité de la désorganisation du sommeil. 60 à 70% des consommateurs réguliers d'hypnotiques et d'anxiolytiques ont plus de 40 ans. 

Un questionnaire de sommeil adressé à des adolescents de 16 à 19 ans a pu montrer que 14% d'entre eux avaient des difficultés d'endormissement, 8% des éveils nocturnes fréquents et 6% des éveils trop matinaux. Il faut souligner, à ce propos, que l'insomnie est le meilleur facteur prédictif de l'échec scolaire, et ce devant le milieu socioculturel des parents.

 

Mise à jour : 2007-08-01

Encarts :

Nos Médicaments